Coût du crédit immobilier en France : ce qu’il y a à savoir

Le crédit immobilier est un moyen de financement très prisé pour la réalisation de projet immobilier. Il offre en effet une opportunité aux investisseurs et aux futurs propriétaires en acquérant le bien de leur rêve. Pour cela, la somme nécessaire est mise à disposition par la banque ou une société de crédit. Par la suite, l’emprunteur procèdera au remboursement du montant via des mensualités, incluant un taux d’intérêt. À priori, rien de bien compliqué. Ce qu’il faut savoir pourtant, c’est que le crédit immobilier n’est pas gratuit. Afin de pouvoir en bénéficier, des coûts sont à régler.

La souscription à une assurance emprunteur

 

Avoir recours à un crédit immobilier doit être une décision mûrement réfléchie. En effet, il est vivement conseillé de ne pas se lancer sans avoir bien conscience de la situation dans laquelle on s’apprête à être. En premier, il est important de se rendre compte de sa situation financière. Est-ce que vos revenus vous permettront d’assurer les mensualités ? De quel montant peut-on disposer ? Afin de répondre à ces questions, il suffit de réaliser une approximation sur un comparateur de crédit qu’on peut trouver facilement en ligne.

Une fois la décision prise, l’emprunteur n’aura plus qu’à se rapprocher de son banquier pour contracter le prêt immobilier. Lors de la signature du contrat, il peut lui être demandé de souscrire à une assurance emprunteur. Ce document est particulièrement exigé par les établissements de crédit afin de sécuriser au mieux le contrat. L’assurance emprunteur permet en effet de couvrir les risques d’incapacité de paiement des mensualités par l’emprunteur. Si ce cas se présente, une prise en charge du remboursement est enclenchée. Il équivaut à environ 0.30 % du montant emprunté.

Les frais liés au montage du dossier

 

Chaque demande de prêt immobilier nécessite la constitution d’un dossier. Ce dernier est nécessaire pour fournir les informations utiles à la banque concernant l’emprunteur. Établis par les institutions bancaires, les frais de dossier servent à couvrir les efforts durant le montage de ce dernier. Ces frais sont tout à fait négociables et sont estimés à 1 % du capital mis à disposition par le créditeur. Ils peuvent cependant être supprimés en fonction de la qualité du dossier en question.

Un autre frais supplémentaire : la caution

 

Le créditeur demande la plupart du temps, une garantie pour le protéger de l’insolvabilité de l’emprunteur. Les imprévus ne sont effectivement pas toujours à écarter. Et afin de se préserver, les banques font payer ses garanties dès la signature du contrat de crédit immobilier. La garantie peut se présenter sous deux formes. On a tout d’abord l’hypothèque. Elle a longtemps été la plus utilisée. L’hypothèque inclut toutefois plus de frais, à savoir l’émolument du notaire, les taxes de publicité foncière, ainsi que les droits de timbre. La seconde garantie qui est la caution n’engage, quant à elle, que le paiement d’environ 1% du montant emprunté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *